Arts du monde islamique – musée royaux d’art et d’histoire

Musée du cinquantenaire : Musée du Cœur Boyadjian

 

« Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas. » Blaise Pascal

Romantiques fervents, amoureux fougueux, poètes enflammés, le cœur est votre organe le plus cher, celui auquel vous faites référence pour chanter vos amours, déplorer vos chagrin, exposer vos blessures…

Chacun porte son cœur et le cœur est un symbole de toutes les civilisations dont on ne sait en réalité…. Quasiment rien !

Le musée vous présente une collection rassemblée par Noubar Boyadjian, un cardiologue qui toute sa vie durant rassembla des objets de toutes les époques et de tous les horizons. Il les offrit au musée du cinquantenaire en 1990, ils devinrent partie intégrante de la collection d’ethnologie Européenne. Le visiteur pourra découvrir les représentations et symboliques du cœur à travers les âges, du XVI au début du XXème siècle.

La culture occidentale regorge d’objets profanes et religieux, bijoux, parfums, fioles, et tableaux vous transporteront  dans des univers parfois drolatiques, parfois tendres, parfois angoissants, toujours instructif !

 

Au cœur du musée du cinquantenaire, la salle des horloges, une petite page d’histoire de Belgique.

 

A peine née, la Belgique de 1830 cherche à se doter d’un musée National. Malheureusement… Les Français qui ont succédé aux Autrichiens ont pillé les réserves du pays… Ce n’est que bien plus tard que des objets mythiques seront restitués à l’état, qui consacrera son premier musée à l’industrie, dans un bâtiment hérité du Moyen-âge : La Porte de Hal.

A la belle époque, tous les pays s’affrontent durant les expositions universelles pour proposer aux regards avides de modernité et de technique les pièces les plus belles, les plus riches, les plus abouties. Pour l’exposition universelle de Belgique, l’état choisit en 1880 d’occuper un terrain militaire : La Pleine des Manœuvres. Les pavillons que nous connaissons aujourd’hui en arc de cercle sont construits à l’époque. Ce n’est qu’au début du XXème siècle que Léopold II aménage le parc et ajoute des arches à l’esplanade, ainsi qu’un cloître médiéval. On l’appelle le Musée du Cinquantenaire, car il a été inauguré par l’état belge lorsqu’il fêtait … ses cinquante ans !

La salle des horloges se trouve dans une galerie du cloître sous la direction de la conservatrice Mme Janette Lefranc.  L’accent est mis sur des objets d’origine Belge qui valorisent les travaux de l’atelier de Louvain et l’Ecole de Liège. L’astronome Adolphe Quetelet a déposé les objets de valeur et de précieux instruments de précision.

En Europe aux XVI et XVIIème siècle on assiste à un exceptionnel regroupement de savants tels que Newton, Bacon, Copernic, Kepler, Leibnitz, Huygens… qui vont baser la connaissance sur la raison et l’observation. A Louvain, le mathématicien Gemma Frisius forme Mercator puis Gauthier Arsenius qui réalise des mécaniques savantes, conçoit des globes, des montres, des instruments. La Magnifique est issue des ateliers de Louvain. A l’époque, les instruments se devaient d’être aussi beaux que précis et ornés d’atours suffisant au plaisir des mécènes princiers. Ainsi, cette sphère est une véritable œuvre d’art.

d8014

Vous pourrez en vous rendant dans la salle des horloges admirer d’autres superbes réalisations, trigomètre, torquetum, planétaires spectaculaires scintillants de mille feux, pendules et horloges, et découvrir l’histoire des horlogers du pays de liège qui ne s’éteint qu’au XIXème siècle.

 

Article inspiré de la revue Horlogerie Ancienne, Association Française des amateurs d’horlogerie ancienne, ed. Afaha, revue numéro 69, juin 2011

Musée du Cinquantenaire de BruxellesA

Arts du monde islamique – musée royaux d’art et d’histoire

Vous n’avez encore jamais exploré les fabuleux trésors du cinquantenaire ? Courrez visiter le musée d’art du monde Islamique ! Des trésors incroyables  témoignent du savoir faire extraordinaire en matière de travail du métal. Vous pourrez contempler le casque au nom du sultan mamelouk Ibn Qalawun. Des merveilles  telles que des armes, des bijoux, des tapis, des soieries anciennes rehaussées de fils d’or vous attendent. Environ 350 objets datant des VIIe au XVIIe siècles sont exposés dans le musée et témoignent d’une civilisation ouverte en intense relation commerciale avec l’Espagne et l’Inde, et capable de diffuser l’Islam de toutes parts. Les objets textiles, les verreries, les céramiques forcent l’admiration du visiteur par leurs rares qualités. Enfin, les éléments d’une mosquée de bois rappellent les prouesses architecturales des régions où l’Islam était un facteur d’unification essentiel.