Le mariage traditionnel, bijoux et tissus précieux

On commençait à préparer la chambre cinq jours à l’avance. On posait le henné les soirs qui précédaient pendant que se définissait le rythme des changements de tenues. henné et bracelets de mariageL’avant dernière soirée, la mariée était assise sur une table portée par des marieuses encadrée par une tenue très raide et une pluie de bijoux et d’étoffes précieuses. Ce soir là, on remettait les cadeaux de la famille, la mariée devait rester immobile comme une statue. La nuit du mariage on se devait de recevoir dans les deux familles en séparant les hommes et les femmes. La mariée portée dans une boite protégée des regards – l’Ammaria - était amenée à la cérémonie et portée dans un cortège nocturne à travers la ville.

La mariée parée de ses plus beaux bijoux est amenée à la cérémonie

La mariée parée de ses plus beaux bijoux est amenée à la cérémonie

 

A la fin la mariée allait à pieds dans sa future maison, on répétait l’étape durant laquelle elle devait se tenir immobile et on évacuait une fois de plus le mauvais œil. Les 7 jours qui suivaient, on exposait la mariée encore de nombreuses fois, toujours avec des vêtements, des bijoux et des parures différents.

Il a fallu plusieurs dizaines d’années pour voir la tradition changer. On remarque notamment que la cérémonie a raccourci. En général les mariages durent deux ou trois jours dont un week-end. Le fiancé est plus intégré aux différentes étapes de la préparation, par exemple il peut s’intégrer à la cérémonie du Henné. Les bijoux sont une parure et ont perdu la fonction d’éloigner le mauvais œil ou de porter chance. Les dessins au Henné peuvent différer beaucoup de ceux d’antan et s’éloigner des dessins traditionnels. Les marieuses gèrent toujours de nombreux points d’organisation, mais sont utiles durant une journée essentiellement. On change de parure comme jadis, mais au cours d’une seule et même soirée.

Le chiffre de 7 parures est resté en raison des 7 jours que comportait la cérémonie du mariage autrefois et du pouvoir bénéfique des chiffres impairs. Continuez la lecture

Les conseils de bijouoriental.com

Vous vous mariez bientôt ?  Chouette ! Kassandra de l’équipe bijouoriental.com a trouvé cet super livre pour vous conseiller.

Le chemin qui se dresse devant vous avant de dire « OUI » au bourgmestre, maire, prêtre, imam ou rabbin est parsemé de chasse-trappes.  En plus d’être une négociatrice de talent, il vous faudra faire preuve de plus de diplomatie qu’un ambassadeur, être la reine de l’organisation, une créatrice de génie, avoir les nerfs plus solides que la Tour Eiffeil et surtout garder le sourire qui vous caractérise.

Le livre qu'il vous faut pour faire le mariage qui vous ressemble

Le livre qu’il vous faut pour faire le mariage qui vous ressemble

Un petit coup de main pour faire tout cela grâce à ce livre plein d’astuces qui vous guidera à travers ce périple prématrimonial.

PS : l’humour est aussi au rendez-vous.

La tradition du bijoux lors des mariages orientaux.

Le port de bijoux somptueux est une tradition au Maroc et en orient quel que soient les régions d’où l’on vient.  La cérémonie du mariage s’emprunt de modernité et la lourdeur des parures et du cérémonial observé en début de siècle s’est véritablement allégé. Cependant les parures de mariage se doivent de faire de la fiancée un bijou de la tête aux pieds.

La mariée dans toute sa beauté

La mariée dans toute sa beauté

Les parures sont magnifiques et se veulent également le reflet de la fortune des familles. Anciennement la mariée était recouverte de colliers de façon spectaculaire, des Lebbas, colliers qui descendent quasiment jusqu’à la taille constitués de pendeloques, Jayt, formés de perles, Tesbih ou chapelet, et chainettes. On dénombre aussi parmi les bijoux arborés traditionnellement les fibules, colliers d’orge et de poissons. Les broches ne sont apparues que récemment dans l’apparat des fiancées, alors qu’elles semblent aujourd’hui si communes.

Les bijoux sont toujours associés aux fêtes. Le mariage est naturellement la plus grande. Un ancien dicton disait ceci : « Le chrétien se ruine dans les procès, le juif se ruine dans les fêtes religieuses, le musulman se ruine dans les noces ». Le mariage traditionnel continue de couter cher.

Le mariage d’aujourd’hui diffère beaucoup des mariages d’antan. Le choix du marié était jadis dévolu à la famille.

 

 

Les marieuses d’autrefois sont aujourd’hui devenues les maîtresses de cérémonie et assurent que tout se passe bien dans le respect des traditions. De nombreuses pratiques avaient pour but d’éloigner le mauvais sort et sont perpétrées encore maintenant quoique de manière édulcorée.