Histoire traditions et fonctions du bijou en orient – 1

Histoire traditions et fonctions du bijou en orient

0000 BijouxDuMACR

« Bijoux du Maroc » Marie Rose Rabaté et André Goldenberg (livre d’art illustré)

L’histoire du bijou Marocain.

L’histoire des bijoux marocains est extrêmement difficile à retracer. En effet rares sont les bijoux qui portent une date et il est également malaisé de trouver les traces de leur localisation géographique. D’autre part les joailliers qui ont présidé à la fabrication de nombreux bijoux ont complètement disparu et la tradition orale ne s’est pas perpétrée. Lorsqu’on visite des musées de bijoux l’intérêt est donc essentiellement artistique.

Les bijoux citadins du Maroc sont essentiellement présentés dans deux musées : le musée des Oudaïas de Rabat et le musée  Dar Jamaï de Meknès. On s’aperçoit en les visitant de la différence avec les bijoux vendus actuellement, alors que pourtant la plupart ont moins d’un siècle et souvent moins d’un demi-siècle. Ceci souligne le goût constant pour une orfèvrerie de qualité capable de renouvellement qui conservant néanmoins ses racines traditionnelles.

La tradition du bijou

En sillonnant le Maroc au détour des minuscules ruelles de Marrakech, d’Essaouira de Tanger, l’omniprésence du bijou est évidente. On les voit surgir sous l’étoffe d’une jellaba, s’aligner à l’infini dans les boutiques en myriades dorées. Rapidement les dorures deviennent familières, dans la médina les dorures succèdent aux dorures, bracelets, bagues et boucles d’oreilles scintillent de boutique en boutique.

bijoux-maroc-4

Actuellement dans les souks des régions montagneuses les bijoux sont rares, alors que jadis se trouvaient  des étals foisonnants. Il est donc impossible de comprendre quelle était leur importance ancienne. Pour la comprendre Il est indispensable de voyager dans l’histoire sur les traces de cette tradition de la parure.

Le bijou en argent a entamé rapidement sa disparition.  L’orfèvrerie contemporaine renouvelle à l’infini des déclinaisons de bijoux traditionnels. Pourtant on voit rarement apparaitre des modèles nouveaux. Les bijoux modernes généralisent l’aspect doré. Au Maroc les anciens bijoux des grands-mères et des générations antérieures sont souvent confiés aux orfèvres dans le but de les moderniser. Les vieux bijoux sont alors remontés autrement et la             parure remise au gout du jour.

018re

 

Difficile d’estimer le nombre de parures anciennes aujourd’hui disparues.

Néanmoins, www.bijouoriental s’efforce de retrouver ces parures disparues et vous les propose sur son site.  Les anciens bijoux en argent ont fait l’objet de l’intérêt touristique croissant pour des objets d’aspect typique et exotique. Jusqu’à la fin du 19e siècle les caravanes amenaient d’Afrique des sacs de poudre d’or animant de leur danse les abords d’Essaouira.